P  r  o  j  e  t  s    d e    c  r  é  a  t  i  o  n


Le Rêve

D’Etienne Decroux


Ecriture et mise en scène
Benoit Théberge
Interprétation 
Marie Delmas et Benoit Théberge
Assistante à la mise en scène
Marie Delmas 
Lumière 
Philippe Lacombe
Conseillé dramaturgie
Renaud Farah
Résidence de création
au Sokhamon à Dakar
Production Compagnie O

Etienne Decroux (1898-1991), acteur, metteur en scène et chercheur reconnu sans le monde entier, a consacré sa vie à concevoir une nouvelle pratique de l’art de l’acteur. Plus qu’une simple technique, ses découvertes s’appuient sur une conception radicale du théâtre qui met le corps de l’acteur au centre de la création. 
Son œuvre s’inspire en partie du dramaturge et scénographe Gorgon Craig (1872-1966) qui a mené une réflexion sur l’acteur du futur en développant la théorie de la sur-marionnette dans son école d’art théâtral à Florence.
Durant les premières années de ses recherces, Etienne Décroux s’associe avec Jean-Louis Barrault pour élaborer les bases d’une technique du mouvement propre à l’acteur. Mais c’est surtout en solitaire qu’il a créé les fondements du langage de l’acteur corporel qu’il a intitulé « Mime corporel ». Mais son objectif à long terme était de revenir au texte. Sa vie pourtant longue ne lui a pas permis de réaliser son rêve.
Elève d’Etienne Decroux, Benoit Théberge a développé à sa manière le rêve de son maître. Après trente de création et de recherche, il donne à voir mais aussi à entendre, la synthèse de ses recherches et de ses découvertes. Ce spectacle constituera la première étape dans la conception d’un film sur l’art de l’acteur.



Les Craig


Écriture et mise en scène
Benoit Théberge
Interprètes (distribution en cours)
Olivia Caillaud, Marie Delmas, Renaud Farah, Benoit Théberge 
Assistante à la mise en scène
Marie Delmas
Lumière Philippe Lacombe
Résidence de création
au Sokhamon à Dakar et au Centre National de la Danse à Pantin
Production Compagnie O


Dans la famille Craig, on pratique un art particulier du jeu d’acteur. Un art qui s’est affiné au fil du temps dans le secret de la transmission de génération en génération. Les connaissances et les techniques de leur théâtre sont toujours à l’œuvre dans les ateliers Graig où des mains expertes s’attellent à mettre en forme le prochain opus. Manipulateurs de marionnettes hybrides, préparateurs d’illusions, livreurs d’émotions, ils nous invitent à entrer dans leur forge à la veille de la première.

Que nous préparent-ils ? Pourquoi ce remue-ménage jusqu’aux recoins obscurs de la scène ? Entièrement dévoués à leurs affaires artistiques, se relayant au plateau pour régler les dernières mises au point du spectacle, ils n’ont qu’un mot à la bouche : « Ça commence... ».

Du plus jeune au plus expérimenté, chacun est à sa tâche, à régler les derniers détails, mais le trouble prend vite le dessus, dans cette création où l’acteur est au centre de toutes les attentions, voire des obsessions. Les uns veulent en finir avec les cabotins et étouffer leur égo surdimensionné, tandis que les autres rêvent d’affirmer la présence spirituelle de l’Acteur par une plus grande maîtrise du mouvement, en imposant une sur-marionnette ! Au sein de cette famille de joyeux trublions, les polémiques fusent. Toutefois, on ne s’écharpe pas (encore). Et si l’art de l’imprévu devenait l’adage de cette création ?

Ça va commencer, donc, mais on n’a pas terminé d’en débattre ! Présentée dans un format classique revisité, la pièce garde tout son mystère, car les Graig n’ont pas voulu communiquer sur son contenu, sachant que leur devise à de quoi désarmer le plus fidèle amateur de théâtre : La création est une tentative de rendre possible ce qui ne peut l’être.

Ce spectacle s’inspire de deux figures célèbres du théâtre corporel, Gorgon Craig (1872-1966) qui a mené une réflexion sur l’acteur du futur en développant « la théorie de la sur-marionnette » dans son école d’art théâtral à Florence, et Étienne Decroux (1898-1991), acteur, metteur en scène et chercheur reconnu sans le monde entier, qui a consacré sa vie à concevoir une nouvelle pratique de l’art de l’acteur : le « Mime corporel ». Plus qu’une simple technique, les découvertes de ce dernier s’appuient sur une conception radicale du théâtre qui met le corps de l’acteur au centre de la création. Mais son objectif à long terme était de réintégrer le texte en invitant des auteurs à écrire pour cet acteur nouveau.  Sa vie, pourtant longue, ne lui a pas permis de réaliser son rêve. Élève d’ Étienne Decroux, Benoit Théberge poursuit, à sa manière, le rêve de son maître et nous propose une vision ludique et poétique de l’art de l’acteur.